Alzheimer - Les bienfaits d’une diète cétogène

alzheimer
data-ad-format="auto">

En dépit des récentes avancées tant dans la compréhension de la neurobiologie que de la physiopathologie de la maladie d’Alzheimer, aucun traitement pharmaceutique définitif n’a encore vu le jour. Il existe certes plusieurs médicaments destinés aux personnes souffrant de cette maladie. Mais ces médicaments sont soit destinés à améliorer de façon temporaire les fonctions cognitives dégradées, soit retarder le déclin résultant de la maladie. La plupart des traitements disponibles ne traitent donc que les symptômes et n’ont que peu d’incidence sur la maladie elle-même.

La maladie d’Alzheimer

La forme la plus courante de démence, la perte de mémoire récente et les déficits cognitifs observés dans la maladie d’Alzheimer sont associés à un dépôt extracellulaire du peptide β-amyloïde, à des enchevêtrements neurofibrillaires intracellulaires et à la mort neuronale de l'hippocampe.

Il existe diverses théories sur l'étiologie du processus global de la maladie d’Alzheimer, mais la dysfonction mitochondriale et l'hypo métabolisme du glucose sont des caractéristiques biochimiques reconnues. Cette réduction est associée à une régulation négative du transporteur de glucose GLUT1 dans le cerveau d'individus atteints de la maladie. Pour faire simple, avec l’âge la capacité du cerveau à synthétiser du glucose baisse. Or le cerveau qui en est l’un des principaux consommateurs en a toujours autant besoin. Du coup il se crée un déséquilibre. Déséquilibre qui serait l’une des principales causes à l’origine de la maladie. Le cerveau n’étant plus suffisamment alimenté en glucose, certaines de ses cellules entament donc un processus de dégénérescence.

Le régime cétogène en tant que thérapie

Le régime cétogène a été mis au point dans les années 1920 pour le traitement de l'épilepsie réfractaire. Il existe de nombreuses preuves documentant l'utilisation du régime cétogène pour l'épilepsie et la perte de poids. Mais depuis quelques années il a également suscité un intérêt accru en tant que traitement potentiel pour la maladie d'Alzheimer.  Il a été émis l'hypothèse que les corps cétoniques acétoacétate et β-hydroxybutyrate peuvent être utilisés comme sources d'énergie alternatives par les neurones dont la capacité d’utilisation de glucose est altérée.

Le régime cétogène est une diète essentiellement constituée d’aliments pauvres en glucides et très riche en graisses qui réduit la sécrétion d'insuline. Ce qui stimule l'oxydation par foie des acides gras en corps cétonique sans priver le corps des calories nécessaires. Les corps cétoniques pénètrent dans le sang et sont absorbés par les organes, y compris le cerveau, où ils sont ensuite métabolisés dans les mitochondries pour générer de l’énergie pour les cellules du système nerveux. L'acétone, produite par la décarboxylation spontanée de l'acétoacétate, est ensuite rapidement éliminée par les poumons et l'urine.

Dans le cadre de la maladie d’Alzheimer le régime cétogène permettrait d’observer une amélioration de l’activité mitochondriale et une diminution du stress oxydatif. Il a été démontré que le bêta-hydroxybutyrate, l’un des corps cétoniques les plus étudiés, réduisait la production d’éléments réactifs de l'oxygène, améliorant ainsi la respiration mitochondriale. De plus, un régime alimentaire pauvre en glucides entraînant une augmentation des taux sériques de corps cétoniques, parallèlement à une réduction de plusieurs paramètres inflammatoires. D’autres études ont également permis de démontrer que le régime cétogène permettait de réduire le niveau d’expression des cytokines inflammatoires.

Des acides gras pour freiner la progression de la maladie

Les progrès dans la compréhension des mécanismes d'action des triglycérides à chaîne moyenne ont plus récemment attiré l'attention sur le rôle direct des acides gras en tant qu’agents thérapeutiques, ouvrant la voie à de nouvelles thérapies diététiques et médicamenteuses telles que décrites dans une revue récente. Les acides gras à chaîne moyenne sont capables d’atteindre rapidement le cerveau pour fournir aux cellules du cerveau (neurones et astrocytes) une source d’énergie plus efficace que le glucose.

Comme mentionné plus haut le dysfonctionnement mitochondrial est impliqué dans la pathogenèse de la maladie d’Alzheimer. Une maladie provoquant au niveau de la mitochondrie, anomalies structurelles, déséquilibres dans la fission et la fusion mitochondriales et un fonctionnement défectueux de la chaîne de transport d'électrons. Les mitochondries étant intrinsèquement liées à la signalisation cellulaire, des lésions à ce niveau entraînent la mort des cellules et il se pourrait que ce soit l’une des principales causes de la dégénérescence synaptique et neuronale observée. Bien que les mécanismes de ces effets observés restent inconnus, la piste des triglycérides à chaîne moyenne à travers le régime cétogène semble très prometteuse.

Des risques à long terme ?

En somme la diète alimentaire cétogène constitue certes pour le cerveau une source d’énergie alternative au glucose. En outre il a été démontré que les cétones peuvent potentiellement affecter la pathogenèse de la maladie d’Alzheimer. Mais il y a des coûts métaboliques et des sacrifices en éléments nutritifs associés à cette méthode. En d'autres termes, s'en tenir à un régime cétogène pourrait fournir à votre corps une source d'énergie alternative indispensable, mais cela pourrait en même temps le priver de nombreux autres nutriments essentiels qui jouent un rôle dans la santé et le bien-être en général.

Le corps traite les cétones comme un actif limité avec des risques associés. Il existe des systèmes enzymatiques conçus pour empêcher le taux sanguin de cétones de devenir trop élevé. Cela peut être un problème avec un régime cétogène, car le corps produit beaucoup de cétones. Les cétones affectent le pH (équilibre acide / base) du sang. Nous avons normalement un pH plus élevé (moins acide), mais les cétones sont acides et, si elles sont présentes à des concentrations élevées, elles peuvent abaisser le pH sanguin, ce qui peut sérieusement perturber notre métabolisme. L'acidocétose, qui survient dans les cas de diabète non maîtrisé, peut également se produire dans un régime cétogène mal préparé et mal contrôlé, ce qui peut être grave.